LA JEUNE BERBÈRE

Publié le par LE PETIT GOUBLIN

La jeune Berbère

Souad MASSI "Tant pis pour moi"


"Au printemps Tipasa est habitée par les dieux et les dieux parlent dans le soleil et l'odeur des absinthes, la mer cuirassée d'argent, le ciel bleu écru, les ruines couvertes de fleurs et la lumière à gros bouillons..."
A. Camus (Noces à Tipasa)



L'image « http://idata.over-blog.com/0/00/65/29/typaza.jpg » ne peut être affichée, car elle contient des erreurs.
Tipasa est encore habitée par les dieux….


   Souviens-toi Souad, tu n'avais pas encore dix-sept ans. Tu étais fraîche et belle comme une image d'Évangile, avec tes longs cheveux blonds tressés sagement sur ton dos cuivré.
  Ce jour-là, je t'ai pris la main et nous nous sommes enfuis tous les deux, franchissant sans peine l'enclos qui était censé protéger les ruines mythiques, juste après ces cabanons de Matarès que Pouillon a détruits quelques années plus tard, pour tenter de ré-édifier ici une autre grandeur passée...

L'image « http://62.233.40.83/0/00/65/29/cabanon11.jpg » ne peut être affichée, car elle contient des erreurs.
Au milieu, notre cabanon à Matarès  (Tipasa)
undefined
 

   À nos côtés, toutes ces pierres ocres dorées par le soleil contrastaient crûment avec le bleu intense du ciel et celui de la mer plus animé, ourlé d'écume, tandis que les verts multiples de la végétation sauvage s'efforçaient d'adoucir ce duel du froid et du torride décliné en bleu-jaune
  Nous avons crié notre joie d'être vivants tous les deux dans les amas de pierres et dans les creux des édifices effondrés.

   Le lendemain, le gardien du musée m'a dit que des fous, des Vandales ou des malfaiteurs avaient dû pénétrer dans l'enceinte du site. Il était inquiet car des vols avaient eu lieu dans les environs… Je l'ai assuré qu'il ne pouvait s'agir que d'échos qui remontaient de la mer. Évidemment, il ne m'a pas cru : "Des fous ! Des vandales !…"

  Mais aujourd'hui petite, la vie t'a quittée. Un crabe redoutable a eu raison de ton énergie et de tes combats.

L'image « http://idata.over-blog.com/0/00/65/29/chenoua.jpg » ne peut être affichée, car elle contient des erreurs.

Tipasa et ses ruines puis la masse imposante du Chenoua
 
JJe pense souvent à toi, moi qui n'avais guère plus de vingt ans alors, et pour qui ton amour était comme un tabou mortel...

Publié dans Traductions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Et je reviesn à cettepage avec tant de joie et de nostalgie mêlées...
Répondre
R
Quand je relis ce texteet écoute la voix si mélancoliqueje pense à toi...
Répondre
L
Merci mi hada.Moi je pense à l'Algérie et à son peuple privé de son indépendance par le FLN puis le FIS & les GIA.
V
Magnifique texte, pour un récit bouleversant...
Répondre
L
Merci Valentine. C'est un récit composite. Je vais y ajouter une image précieuse pour moi dès que je peux...