LES OIES DU CHÂTEAU DE PIROU

Publié le par LE PETIT GOUBLIN



                      Suivons Thor jusqu'au bout de la nuit...



 
L'image « http://accel16.mettre-put-idata.over-blog.com/0/00/65/29/travellingbirds1.jpg » ne peut être affichée, car elle contient des erreurs.
  LES OIES DU CHÂTEAU DE PIROU
Le site du normand, Magène
(Cliquer sur ce lien)


L'image « http://accel96.mettre-put-idata.over-blog.com/0/00/65/29/wildgeese.jpg » ne peut être affichée, car elle contient des erreurs.
Les pirotes





Il existe sur les bords de la mer, entre Coutances et Lessay, un château nommé Pirou, dont l'origine se perd dans la nuit des temps. Maintenant au milieu d'une plaine aride, nue, exposée au vent de la mer, jadis il était entouré de hautes forêts. C'est un fait dont M. de Gerville a trouvé la preuve dans les anciens titres dans la Châtellenie. La cause probable du changement dans la nature du terrain est le rapprochement de la mer qui incontestablement, depuis un temps immémorial, dévore par degré les rivages de la presqu'île du Cotentin, et dont les vents, comme il est notoire sont si funestes à la croissance des arbres. Quoiqu'il en soit, voici ce qu'un auteur du siècle de Louis XIV, connu sous le nom de Vigneul-Marville, et le savant Bullet, dans son Dictionnaire Celtique, nous racontent qui arrivait de leur temps au château de Pirou, fait singulier que le premier déclare tenir du seigneur de ce château même.

 Au printemps de chaque année, une grande quantité d'oies sauvages, venant des marécages voisins, s'abattaient dans les cours et les fossés du château pour y faire leurs petits. Les habitants avaient soin de préparer à ses hôtes des nids commodes avec de la paille. Pendant leur séjour, ces volatiles parcouraient avec la plus grande familiarité le château et les jardins. Quand les petits étaient assez forts pour voler, toute la colonie disparaissait en une nuit sans qu'on s'en aperçut, et c'était pour jusqu'à l'année suivante. Voilà ce que nous trouvons attesté comme une chose constante et vérifiée. Maintenant voici, d'après les mêmes auteurs, l'histoire merveilleuse bâtie sur ce fondement et qu'avait conservée une tradition locale d'une ancienneté indéfinie.
 Lorsque les Normands, nos ancêtres, sous la conduite du brave Rollon, faisait la conquête de la Neustrie qui leur fut concédée plus tard par le Roi de France, il se trouva un château qui, le dernier de tous, résista à leurs efforts ; c'était le château de Pirou, bâti par la puissance des fées, et d'une telle force que les Normands désespéraient de s'en emparer autrement que par la famine. Ce fléau ne tarda pas effectivement à tourmenter la garnison.
 Les Normands jurèrent que, dussent-ils y périr, ils ne partiraient pas de là que cette redoutable forteresse ne fut prise.

Un matin, ils sont surpris de ne plus entendre aucun bruit dans l'intérieur du château ; pas un homme n'apparaît ni sur les remparts, ni sur les tours, ni aux croisées. Ils ne doutent pas d'abord que ce soit un piège, et se gardent bien de monter à l'assaut.
 Plusieurs jours s'écoulent et toujours même silence. Et enfin, ils se décident à escalader les murs qui étaient d'une prodigieuse hauteur, et ils entrent dans la place.
 Ils n'y trouvent pas une âme ; je me trompe, il y avait un vieillard couché malade à l'infirmerie, qui n'avait pu suivre les autres, et qui raconta aux Normands comment la garnison s'était enfuie miraculeusement...


L'image « http://accel95.mettre-put-idata.over-blog.com/0/00/65/29/vue-est01-24.jpg » ne peut être affichée, car elle contient des erreurs.
Le château de Pirou

 La magie était cultivée de père en fils, par les seigneurs du château, qui en conservaient les livres très précieux. Quand les assiégés avaient vu qu'ils manquaient de vivres, et qu'ils seraient bientôt forcés de se rendre, ils s'étaient transformés en oies sauvages et envolés par dessus les remparts.
 Les Normands se rappelèrent alors qu'effectivement la veille du jour où un silence général avait commencé à régner dans le château, ils avaient vu plusieurs volées d'oies s'élever au dessus des toits, puis allaient s'enfoncer et disparaître dans les forêts et les marécages voisins. Mais on ne songe jamais à tout, quoiqu'on soit magicien.
 La métamorphose avait été très bien opérée, mais on n'avait pas prévu comment, une fois hors du danger, on reprendrait la figure humaine. Plus de livres alors, plus de moyens même d'articuler une parole. Force fut donc aux malheureux de rester, sous leur nouvelle forme, habitants des marais.
 Quand les Normands eurent embrassé la religion chrétienne, tous les livres magiques du château furent brûlés ; par conséquent moins d'espérance que jamais pour les malheureuses victimes de la métamorphose. Seulement, chaque année, cette race infortunée de volatiles revient visiter son ancienne patrie.

 Tel est le récit que, de génération en génération, on répétait dans le manoir féodal de Pirou. Si l'histoire doit être une image des siècles passées, les fables merveilleuses qui ont obtenu crédit rentrent dans ce domaine et peignent souvent mieux les hommes qu'une froide et sèche énumération de noms propres et de généalogies.

J. COUPPEY - in Annuaire du Département de la Manche (1835)

Commenter cet article

Russalka 23/08/2006 09:50

Ah quand même!! Il en faut du temps pour ouvrir la petite fenêtre commentaire ce matin ( OB ne vole pas, il se noie ;o))et te dire que ce conte est un délicedes comme ça, de ta région, j'en redemande!!!Oui, les fables ne cessent de nous nourrir....j'aime beaucoup ta mise en page. Et merci pour le lien vers le spectacle, j'adore les "incendies" de forteresse, c'est un spectacle qui réjouit toujours petits et grands, le feu sur la pierre -qui n'est que spectacle, je n'ose imaginer les désastres en ces temps redoutables lorsque ce n'était pas mise en scène- le feu sur la pierre, cela réveille des émotions très puissantes...

LE PETIT GOUBLIN 29/08/2006 22:38

Oh, c'est l'auteur qui en a tout le mérite. Moi, je transmets les mèmes pour qu'on ne les oublie pas.Il existe - tu t'en doutes - énormément de contes normands. Je les débusquerai, avec un peu de temps à moi.

Le bateleur 11/08/2006 10:34

J'ai failli passer à coté de cette merveilleuse histoireMerci Jean-Pierre

LE PETIT GOUBLIN 29/08/2006 22:36

C'est un conte parmi les plus anciens de la Normandie ancestrale.Je suis heureux si tu l'as aimé Luc.

Valentine :0056: 09/07/2006 18:47

Belle histoire ! Merci, Merlin.Quant à la langue normande, ah ah, je n'y avais jamais pensé, n'ayant point d'ancêtres en ce pays, mais j'avos ben peinsé au dialecte picard (d'où sont les souches maillardes), puis au breton, puis au berrichon... Alors, intéressant !

LE PETIT GOUBLIN 29/08/2006 22:35

Le normand et le picard sont deux belles langues d'Oïl très voisines. J'aurai sans doute l'occasion d'y revenir dans un article plus... linguistique.